-40%
Le deal à ne pas rater :
– 40% sur la Table basse rectangle TIME – couleur Chêne
59.99 € 99.99 €
Voir le deal
anipassion.com

 

 Paul (Secret Story) : sa tentative de suicide

Aller en bas 
AuteurMessage
Jeremstar

Jeremstar
journaliste

Avatar : Jeremstar
Messages : 507
Relations :
PYJAMA PARTY
Friendzone

BAIGNOIRE
Morue

LAVERIE
Clash

REFUS/LAPIN
Hate

Métier : Blogueur people
Secret : /
Comptes : paulo, vanoche, vince.
Popularité : 11
Paul (Secret Story) : sa tentative de suicide Vide
MessageSujet: Paul (Secret Story) : sa tentative de suicide   Paul (Secret Story) : sa tentative de suicide EmptyVen 5 Jan 2018 - 22:01

Paul (Secret Story) : sa tentative de suicide
Le confessional de jeremstar.

(lisez l’itw avec la p’tite musique d’ambiance sivouplé
+ je préviens d’avance : cette interwiew est grandement inspirée de celle d’Angie)

- - - - - - - - INTRODUCTION - - - - - - - -
« Je m’appelle Jeremstar. Pour ceux qui me connaissent, ceci vous étonnera certainement. Aujourd’hui, pas de légèreté, pas d’humour. Le sujet que nous allons aborder est très sérieux, mais aussi très sensible. J’ai l’habitude de traiter des sujets éphémères, avec beaucoup d’humour et de dérision. Mais certains cas méritent aussi qu’on les traite avec respect. En effet, il y a quelques jours, j’ai reçu un coup de fil avec une nouvelle assez grave. Je reconnais même m’être inquiété. J’avais appris qu’un candidat de télé-réalité avait tenté de se suicider. »

Paul (Secret Story) : sa tentative de suicide Tumblr_nctmkgBvd71s0nmwuo1_500
« Vous le reconnaissez ? C’est Paul de Secret Story. Il a été connu dans les saisons 9 et All Star du programme. Excessif, piquant, sulfureux, il y tenait le rôle de la grande gueule qui s’assume, d’un garçon prêt à tout pour le buzz, pour l’attention des caméras, une image dont il souffre terriblement aujourd’hui. J’ai pris la décision de le rencontrer dans son village, pour l’entendre, pour qu’il puisse se confier, et pour tenter de l’aider. Cela fait plusieurs années que je traite le cas de la télé-réalité. Et au fil du temps, j’ai appris à connaître les candidats, à comprendre leurs états-d’âme, à les épauler quand ça ne va pas. Paul souffre, j’ai été très ému par son sort. Pour la première fois de ma carrière, je me retrouve dans une situation délicate. Paul a besoin de se confier.  Suis-je la meilleure personne pour ça ? Paul craint la presse. Plutôt que d’être réduit à d’affreux montages, il a préféré s’adresser à moi. Il sait que je lui laisserai tout dire, sans le couper. Quand je le découvre, je découvre un Paul totalement affaibli. Il a des difficultés à marcher, il a parfois des moments d’absence, des difficultés à s’exprimer correctement. Mais pardonnons le, après tout, il sort tout juste du coma. »

- - - - - - - - ENTRETIEN - - - - - - - -
« Comment ça va, Paul ? »
« Ecoute… je pense que ce n’est pas la question à poser. »
« En ce moment, tu traverses une période difficile. »
« En ce moment, je traverse une période horrible. »
« Comment caractériserais-tu ce que tu vis en ce moment ? »
«  Pour moi, c’est la mort, la fin. Quand tu as absolument tout essayé pour avancer, mais au final sans y arriver, la seule solution, c’est la mort. Ce n’est pas un coup de presse, ce n’est pas un coup de buzz, mais c’est un coup de mal, un coup de vraiment mal. J’ai beaucoup hésité avant d’accepter cet entretien, car j’ai envie que les gens sachent réellement qui je suis avant de quitter ce milieu, mais en même temps, je n’ai pas envie qu’ils aient à nouveau l’image du garçon qui veut se faire remarquer après avoir foiré son passage dans une putain de télé-réalité.  »
« Tu as été retrouvé inanimé dans ton appartement.  »
«  Je suis tombé dans le coma immédiatement après avoir pris tout ce qui était possible et imaginable pour mourir. En gros, j’ai fait une overdose de médicaments. J’avais fermé mon appart de l’intérieur, donc ils ont du forcer pour entrer, et ils m’ont retrouvé étalé par terre. Ils m’ont immédiatement transporté,  j’ai fait 10 jours de mort clinique, ils ont essayé de me ranimer 2 fois, ils ont pas réussi. Ce n’est qu’au bout de la troisième fois qu’ils ont réussi à me faire revenir.   »
« Et qu’est-ce qui a motivé ce passage à l’acte aussi radical ?  »
«  J’avais – et j’ai toujours, d’ailleurs – une envie très forte de mourir, de ne plus exister. Pour moi, ma vie est terminée.   »
« C’est fort comme phrase, quand même. »
«  C’est fort, mais c’est la vérité :  pour moi, ma vie est terminée. Tu veux que je fasse quoi ? Je ne peux plus aller sur mon téléphone sans me prendre un tonnerre d’insultes, de menaces de mort, de critiques. Je ne peux plus quitter mon village sans qu’on me regarde de travers.  Je n’ai plus d’amis, j’ai plein de problèmes personnels à cause de toutes mes conneries. Je n’ai plus de vie à l’heure actuelle. Je suis cloîtré dans mon village. Dieu merci, j’ai mon travail de cuisinier car le patron du restaurant de mon village m’a donné ma chance. Mais à part ça, je n’ai plus rien. La télé-réalité m’a complètement détruit, complètement.  »
« Comment ça, détruit ?  »
«  Alors déjà, auparavant, j’avais beaucoup de problèmes. Déjà, un ex qui me pourrissait la vie et qui faisait tout pour me détruire, bref, vie personnelle, je te passe les détails. Pour ce qui est de mon enfance, comme tout  le monde le sait, mon père était un pervers  narcissique… il faisait vivre à moi, mes sœurs et ma mère un calvaire. J’ai été abusé par lui à plusieurs reprises. Quand j’avais 15 ans, il nous a foutu à la porte. On a été obligés de vivre comme des clochards. Paul comme un clochard. Puis on vivait à Buenos Aires… et l’Amérique latine, c’est bien beau quand tu n’es qu’un vacancier, mais quand tu y vis, crois moi que c’est autre chose. Beaucoup de pourritures qui ont abusé de ma mère, beaucoup de problèmes, beaucoup de choses à gérer alors que je n’en avais pas encore la maturité. Bref, tout ça, c’est ce qui a attiré la production, car évidemment, il leur faut des gens fragiles, avec des passés douloureux, car ça fait vendre, forcément. J’avais un secret fort, qui n’est d’ailleurs pas fake, contrairement à ce que j’ai pu dire dans la presse pour faire mes conneries. Bref, ce que j’essaye de dire, c’est qu’ils savent que les personnes fragiles, ça fait vendre. Ils ont su user de mes faiblesses, et voilà ce que ça a donné. Ils savent pertinemment qui prendre. Leur but, ce n’est que la part de marché. Le reste, ils s’en foutent totalement.   »
« Tu as la sensation que la télé-réalité est un échec dans ta vie ? »
«  Ah mais totalement . La télé-réalité, quand t’entres dedans, tu intègres une spirale infernale. Les caméras, le show, les coups de buzz, tu commences à essayer. Tu fais ça une fois, ça fait réagir et c’est marrant. Donc du coup, tu le refais deux fois, trois fois, quatre fois, puis tu continues encore et encore. C’est comme la drogue, c’est comme l’alcool, c’est comme le tabac. Quand je vois ce que j’ai fait, je me dis  "mais putain j’ai déconné ", parce que c’est pas moi. A la base, je suis une personne simple… et j’ai été mal guidé, j’ai commencé à faire de grosses conneries. J’ai été totalement immature, je suis devenu vraiment méchant, vraiment à tout pour la notoriété, et je ne me reconnais plus. J’ai honte en me voyant. Je me suis totalement enfoncé là dedans, sans voir les limites, sans faire attention aux conséquences. La notoriété, le buzz, ce sont vraiment des choses qui rendent accro et qui sont totalement nocifs.  »
« Qu’est-ce que tu penses aujourd’hui de la télé-réalité ? »
«  La télé-réalité, ça ruine ta vie. Il y a plein de jeunes qui veulent faire de la télé-réalité, pourquoi ? Pour être connu. Mais si tu veux faire de la télé-réalité pour être connu, mais oublie, parce qu’ils vont te détruire.  Pour être vraiment connu , faut avoir un talent : quand tu chantes, quand tu danses, quand t’écris, là ouais, t’as du talent. Mais quand tu fais de la télé-réalité, tu fais quoi ? Cacher un secret ? En trouver ? T’as pas de talent, donc du coup, quand tu fais de la télé-réalité, tu montes, mais tu redescends aussi vite. On te lâche dans la nature, donc du coup, pour survivre, qu’est-ce que t’es obligé de faire ? Enchaîner les scandales, enchaîner les dramas, enchaîner les émissions. Pour faire de la télé-réalité, il faut être fort… enfin non, faut même pas être fort, la télé-réalité, c’est de la merde.  »
« T’as le sentiment que la télé-réalité s’est dégradée ? »
«  Clairement, oui. Déjà, auparavant, c’était très destructeur… mais là, c’est vraiment devenu n’importe quoi. Maintenant, les trois-quarts viennent juste pour être connus, juste pour briller. Tout scandale est bon pour se mettre à briller. Tu me prends comme j’étais il y a un an, tu me multiplies par 15, et tu tombes sur une télé-réalité d’aujourd’hui. J’ai clairement été dégoûté par ce milieu. Par exemple, j’ai regardé quelques épisodes de la saison 11 de Secret, mais je n’ai jamais autant été choqué en regardant un programme. A mon époque, à part moi, ceux qui composaient le casting étaient naturels. La plupart des candidats de ma saison étaient même gênés en allant aux toilettes, à cause des caméras. Mais là, il n’y a plus de gêne. Ce n’est que du trash, que du clash inutile, bête et méchant que du sexe, que de la tromperie, que de la débauche, que des kékés et des nenettes qui croient avoir réussi leur vie en faisant ça. Alors que la vraie vie, ce n’est pas ça du tout. Je ne vais pas citer de nom, mais j’en pense pas moins. Et c’est ça qui plaît aux productions,  le gore, le gore, et encore le gore. Les états-d’âme des candidats, leur avenir, ils en ont rien à foutre. Tout ce qui les intéresse, ce sont les audiences. Faut pas se leurrer. Et franchement, ça me dégoûte. Je suis persuadé que dans quelques années, la plupart regretteront.  »
« Pour toi, la télé-réalité, c’est terminé ? »
«  Totalement. Aujourd’hui, j’ai 28 ans, j’ai envie de bâtir une vraie vie, et ça m’intéresse plus. Tout ce à quoi on m’assimile, c’est au mec sans pudeur qui passe sa vie à clasher les gens et qui n’est bon qu’à faire du buzz, et ça, je veux plus. C’est pour ça que je suis parti. »
« Avec un événement comme celui-ci, on va forcément te comparer à Marie de la saison 7. Qu’est-ce que t’as à dire ? »
«  Ce que j’ai à dire, c’est que ça n’a absolument rien à voir. Je ne vais pas faire 15 tentatives de suicide sans me louper, je ne vais pas faire croire à ma mort pour réapparaître 6 mois plus tard. Si j’ai fait ça, c’est réellement parce que j’étais mal. Donc ceux qui me compareront à Marie, c’est ceux qui n’auront rien compris… car après cette interwiew, on ne me verra plus. Et ceux qui n’ont rien compris, je m’en fous .  »
« Très bien… maintenant, on va parler de ce qui t’a poussé à faire cette tentative, après la télé-réalité. »
«  Ca rejoint un peu ce que je disais, en fait. Après la télé-réalité, j’ai continué à faire n’importe quoi et je me suis même enfoncé. Je passais mon temps à m’embrouiller avec des personnes qui n’avaient absolument rien demandé sur les réseaux sociaux. Forcément, j’ai fait confiance à des personnes peu scrupuleuses. On m’ a fait des contrats d’exclusivité dont je ne devrais même pas en parler mais dont je parle parce que je les emmerde, mais vraiment. J’avais – et j’ai toujours – un certain talent pour le football. Avec ces contrats de merde, on m’avait promis d’être dans l’équipe de France grâce à ma notoriété… mais rien du tout. Si j’ai commencé le porno, c’est justement parce qu’on me disait "mais si regarde, ça va te propulser" et tout. En vrai, ils ont juste profité pour faire de moi ce qu’ils voulaient. En même temps, c’était pas que de leur faute, parce que je voulais aussi faire un maximum de bad buzz. Bref, ces deux facteurs ont fait que. Quand tes repères sont fragiles, c’est très facile de te faire chuter… et ils ont réussi. Et la polygamie… c’est certainement là où j’ai le plus déconné. 5 enfants à assumer… avec mon job, je fais comme je peux, mais c’est compliqué. Bien sûr, tous ces mariages, c’était juste pour faire parler. Du jour au lendemain, donc ça, c’était en mars, j’ai coupé les ponts avec tout : avec cette polygamie, avec la télé-réalité, avec ces métiers de merde que j’ai fait, bref, avec tout. Depuis récemment, je suis en contact avec les femmes pour les enfants, pour envoyer un peu d’argent chaque semaine, mais c’est tout. Là bas, la polygamie est légale dont j’ai joué avec leurs sentiments et… ». A ce moment là, une larme coule sur la joue de Paul.
« Tu veux faire une pause ? »
«  Oui.  »

- - - - - - - - APRES LA COUPURE - - - - - - - -
« Tu t’en veux ? »
«  Enormément, t’imagines même pas à quel point. Je m’en veux pour tout. A la base, je suis une bonne personne, et je le sais… mais j’ai totalement perdu le contrôle, et j’ai vraiment fait de la merde.  »
« Est-ce qu’il y a des choses qui te motivent à te maintenir en vie ? »
«  En ce moment, je ne sais pas. Déjà, je tente de remonter la pente. Mon village, c’est comme une famille. Le patron du resto où je travaille, c’est celui qui a su me donner une chance, et aujourd’hui, je le considère comme mon père de cœur. Il y a aussi un autre truc qui peut me motiver : c’est l’humanitaire, le bénévolat, la foi. Je veux aider ceux qui ont moins que moi. Mais déjà, pour les aider, il faut que je m’aide et que je me relève. Et pour l’instant, c’est pas gagné. »
« Tu as encore envie de mourir à l’heure actuelle ? »
«  Clairement oui. Quand j’ai fait cette putain de tentative, c’était parce que je voulais mourir, pour moi, ma vie était – et est toujours – terminée. Je voulais mourir. C’était ma décision. Et même dans ma mort, on vient me faire chier à me ranimer et compagnie. Je voulais mourir, et j’y pense toujours aujourd’hui : la mort me hante. Pour moi, c’était la fin. Je sais que c’est dur à entendre, mais c’était la fin. Quand le médecin m’a dit "mon collègue t’a sauvé la vie, maintenant, il faut le remercier", j’ai pas réussi. Je voulais juste quitter ce monde, je n’avais plus de solutions. Il n’y a que quand je me serai relevé que j’arriverai à lui dire merci… mais en attendant, je ne sais pas. »
« Bon… maintenant, j’aimerais que tu me fasses une promesse : c’est de ne pas rechuter dans ces idées noires, et d’essayer d’aller de l’avant. »
«  Je ne peux pas te le promettre. En ce moment, je ne peux pas le faire. Je suis désolé, c’est plus fort que moi, je ne sais pas si j’y arriverai. »
« J’aimerais au moins que t’essayes. »
«  Je ne te promets rien. »
« J’espère que tu ne retomberas pas dedans. »
«  Moi aussi, je l’espère. Déjà, je vais essayer de me concentrer sur le restaurant, et uniquement sur ça. Puis le reste, on va tâcher de ne pas trop y penser. »
« Merci Paul pour cet entretien. J’espère vraiment que t’iras de l’avant. En tout cas, tu peux compter sur moi. Je t’ai écouté, j’espère qu’on réussira à délivrer le bon message et que tu parviendras à me faire cette fameuse promesse. Voilà, gros bisous. »
L’entretien se conclut par une accolade amicale entre Jeremstar et Paul, signe d’espoir et de bienveillance.

(noir = Jeremstar
bleu ciel = Paul)
CODE BY MAY

________________

Je précise que ce compte est 100 % RPG, donc rien de ce qui est écrit dessus ne s'est passé en IRL. J'ai créé ce compte afin d'ajouter un peu de réalisme au jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Paul (Secret Story) : sa tentative de suicide
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SECRET STORY :: la sphère médiatique :: la presse :: les émissions tv-
Sauter vers: